1 Samuel 12, 1-25 (1 S 12)

1 Samuel 12:1-25  FBJ Samuel dit à tout Israël : ” J’ai satisfait à tout ce que vous m’avez demandé et j’ai fait régner un roi sur vous.  2 Désormais, c’est le roi qui marchera devant vous. Pour moi, je suis devenu vieux, j’ai blanchi et mes fils sont parmi vous. J’ai marché devant vous depuis ma jeunesse jusqu’à ce jour.  3 Me voici! Témoignez contre moi devant Yahvé et devant son oint : de qui ai-je pris le boeuf et de qui ai-je pris l’âne ? Qui ai-je frustré et qui ai-je opprimé ? De qui ai-je reçu une compensation pour que je ferme les yeux ? Je vous restituerai. ”  4 Ils répondirent : ” Tu ne nous as ni frustrés ni opprimés, tu n’as rien reçu de personne. ”  5 Il leur dit : ” Yahvé est témoin contre vous, et son oint est témoin aujourd’hui, que vous n’avez rien trouvé entre mes mains. ” Et ils répondirent : ” Il est témoin. ”  6 Alors Samuel dit au peuple : ” Il est témoin, Yahvé qui a suscité Moïse et Aaron et qui a fait monter vos pères du pays d’Égypte.  7 Comparaissez maintenant; que je plaide avec vous devant Yahvé et que je vous rappelle tous les bienfaits que Yahvé a accomplis à votre égard et à l’égard de vos pères :  8 quand Jacob fut venu en Égypte, les Égyptiens les opprimèrent et vos pères crièrent vers Yahvé. Celui-ci envoya Moïse et Aaron qui firent sortir vos pères d’Égypte, et il les installa en ce lieu.  9 Mais ils oublièrent Yahvé leur Dieu et celui-ci les livra aux mains de Sisera, chef de l’armée de Haçor, aux mains des Philistins et du roi de Moab qui leur firent la guerre.  10 Ils crièrent vers Yahvé : “Nous avons péché, dirent-ils, car nous avons abandonné Yahvé et servi les Baals et les Astartés. Maintenant, délivre-nous de la main de nos ennemis et nous te servirons! ”  11 Alors Yahvé envoya Yerub-baal, Baraq, Jephté, Samuel, il vous a délivrés de vos ennemis d’alentour et vous êtes demeurés en sécurité.  12 ” Cependant, lorsque vous avez vu Nahash, le roi des Ammonites, marcher contre vous, vous m’avez dit : “Non! Il faut qu’un roi règne sur nous. ” Pourtant, Yahvé votre Dieu, c’est lui votre roi!  13 Voici maintenant le roi que vous avez choisi, Yahvé a établi sur vous un roi.  14 Si vous craignez Yahvé et le servez, si vous lui obéissez et ne vous révoltez pas contre ses ordres, si vous-mêmes et le roi qui règne sur vous, vous suivez Yahvé votre Dieu, c’est bien!  15 Mais si vous n’obéissez pas à Yahvé, si vous vous révoltez contre ses ordres, alors la main de Yahvé pèsera sur vous et sur votre roi.  16“Encore une fois comparaissez et voyez le grand prodige que Yahvé accomplit sous vos yeux.  17 N’est-ce pas maintenant la moisson des blés ? Eh bien, je vais invoquer Yahvé et il fera tonner et pleuvoir. Reconnaissez clairement combien grave est le mal que vous avez commis au regard de Yahvé en demandant pour vous un roi. ”  18 Samuel invoqua Yahvé et celui-ci fit tonner et pleuvoir le jour même, et tout le peuple eut une grande crainte de Yahvé et de Samuel.  19 Tous dirent à Samuel : ” Prie Yahvé ton Dieu en faveur de tes serviteurs, afin que nous ne mourions pas; nous avons mis le comble à tous nos péchés en demandant pour nous un roi. ”  20 Mais Samuel dit au peuple : ” Ne craignez pas. Oui, vous avez commis tout ce mal. Seulement, ne vous écartez pas de Yahvé et servez-le de tout votre coeur.  21 Ne vous écartez pas à la suite des idoles de néant qui ne servent de rien, qui ne sont d’aucun secours, car elles ne sont que néant.  22 En effet, Yahvé ne réprouvera pas son peuple, pour l’honneur de son grand nom, car Yahvé a daigné faire de vous son peuple.  23 Pour ma part, que je me garde de pécher contre Yahvé en cessant de prier pour vous et de vous enseigner le bon et droit chemin.  24Craignez seulement Yahvé et servez-le sincèrement de tout votre coeur, car voyez le grand prodige qu’il a accompli parmi vous.  25 Mais si vous commettez le mal, vous périrez, vous et votre roi. “

Posted in Ancien Testament | Comments Off on 1 Samuel 12, 1-25 (1 S 12)

1 Samuel 2, 1-36 (1 S 2)

1 Samuel 2, 1-36 FBJ Alors Anne fit cette prière : ” Mon coeur exulte en Yahvé, ma corne s’élève en mon Dieu, ma bouche est large ouverte contre mes ennemis, car je me réjouis en ton secours. 2 Point de Saint comme Yahvé car il n’y a personne excepté toi , point de Rocher comme notre Dieu. 3 Ne multipliez pas les paroles hautaines, que l’arrogance ne sorte pas de votre bouche. Un Dieu plein de savoir, voilà Yahvé, à lui de peser les actions. 4 L’arc des puissants est brisé, mais les défaillants sont ceinturés de force. 5 Les rassasiés s’embauchent pour du pain, mais les affamés cessent de travailler. La femme stérile enfante sept fois, mais la mère de nombreux enfants se flétrit. 6 C’est Yahvé qui fait mourir et vivre, qui fait descendre au shéol et en remonter. 7 C’est Yahvé qui appauvrit et qui enrichit, qui abaisse et aussi qui élève. 8 Il retire de la poussière le faible, du fumier il relève le pauvre, pour les faire asseoir avec les nobles et leur assigner un siège d’honneur; car à Yahvé sont les piliers de la terre, sur eux il a posé le monde. 9 Il garde les pas de ses fidèles, mais les méchants disparaissent dans les ténèbres car ce n’est pas par la force que l’homme triomphe . 10 Yahvé, ses ennemis sont brisés, le Très Haut tonne dans les cieux. Yahvé juge les confins de la terre, il donne la force à son Roi, il exalte la vigueur de son Oint. ” 11 Elqana partit pour Rama dans sa maison mais l’enfant restait à servir Yahvé, en présence du prêtre Éli. 12 Or les fils d’Éli étaient des vauriens, qui ne se souciaient pas de Yahvé 13 ni du droit des prêtres vis-à-vis du peuple : si quelqu’un offrait un sacrifice, le serviteur du prêtre venait pendant qu’on cuisait la viande, tenant une fourchette à trois dents, 14 il piquait dans le chaudron ou dans la marmite ou dans la terrine ou dans le pot, et le prêtre s’attribuait tout ce que ramenait la fourchette; on agissait ainsi avec tous les Israélites qui venaient là, à Silo. 15 Et même, on n’avait pas encore fait fumer la graisse que le serviteur du prêtre venait et disait à celui qui sacrifiait : ” Donne de la viande à rôtir pour le prêtre, il n’acceptera pas de toi de la viande bouillie, seulement de la viande crue. ” 16 Et si cet homme lui disait : ” Qu’on fasse d’abord fumer la graisse, puis prends pour toi à ta guise “, il répondait : ” Non, tu vas me donner tout de suite, sinon je prends de force. ” 17 Le péché des jeunes gens était très grand devant Yahvé, car ils traitaient avec mépris l’offrande faite à Yahvé. 18 Samuel était au service de Yahvé, un enfant vêtu du pagne de lin. 19 Sa mère lui faisait un petit manteau qu’elle lui apportait chaque année, lorsqu’elle montait avec son mari pour offrir le sacrifice annuel. 20 Éli bénissait Elqana et sa femme et disait : ” Que Yahvé te rende une progéniture de cette femme, en échange du prêt qu’elle a cédé à Yahvé “, et ils s’en allaient chez eux. 21 Yahvé visita Anne, elle conçut et elle mit au monde trois fils et deux filles; le jeune Samuel grandissait auprès de Yahvé. 22 Bien qu’Éli fût très âgé, il était informé de tout ce que ses fils faisaient à tout Israël. 23 Il leur dit : ” Pourquoi agissez-vous de la manière que j’entends dire par tout le peuple ? 24 Non, mes fils, elle n’est pas belle la rumeur que j’entends le peuple de Yahvé colporter. 25Si un homme pèche contre un autre homme, Dieu sera l’arbitre, mais si c’est contre Yahvé que pèche un homme, qui intercédera pour lui ? ” Cependant ils n’écoutèrent pas la voix de leur père. C’est qu’il avait plu à Yahvé de les faire mourir. 26 Quant au jeune Samuel, il continuait de croître en taille et en grâce tant auprès de Yahvé qu’auprès des hommes. 27 Un homme de Dieu vint chez Éli et lui dit : ” Ainsi parle Yahvé. Voilà donc que je me suis révélé à la maison de ton père quand ils étaient en Égypte, esclaves de la maison de Pharaon. 28 Je l’ai distinguée de toutes les tribus d’Israël pour exercer mon sacerdoce, pour monter à mon autel, pour faire fumer l’offrande, pour porter l’éphod en ma présence, et j’ai concédé à la maison de ton père toutes les viandes offertes par les Israélites. 29 Pourquoi piétinez-vous l’offrande et le sacrifice que j’ai ordonnés pour ma Demeure, et honores-tu tes fils plus que moi, en vous engraissant du meilleur de toutes les offrandes d’Israël, mon peuple ? 30 C’est pourquoi – oracle de Yahvé, Dieu d’Israël – j’avais bien dit que ta maison et la maison de ton père marcheraient en ma présence pour toujours, mais maintenant – oracle de Yahvé – je m’en garderai! Car j’honore ceux qui m’honorent et ceux qui me méprisent sont traités comme rien. 31 Voici que des jours viennent où j’abattrai ton bras et le bras de la maison de ton père, en sorte qu’il n’y ait pas de vieillard dans ta maison. 32 Tu regarderas, à côté de la Demeure, tout le bien que je ferai à Israël, et il n’y aura pas de vieillard dans ta maison, à jamais. 33 Je maintiendrai quelqu’un des tiens près de mon autel, pour que ses yeux se consument et que son âme s’étiole, mais tout l’ensemble de ta maison périra par l’épée des hommes. 34 Le présage sera pour toi ce qui va arriver à tes deux fils, Hophni et Pinhas : le même jour, ils mourront tous deux. 35 Je me susciterai un prêtre fidèle, qui agira selon mon coeur et mon désir, je lui assurerai une maison qui dure et il marchera toujours en présence de mon oint. 36 Quiconque subsistera de ta famille viendra se prosterner devant lui pour avoir une piécette d’argent et une galette de pain, et dira : “Je t’en prie, attache-moi à n’importe quelle fonction sacerdotale, pour que j’aie un morceau de pain à manger. ” “

Posted in Ancien Testament | Comments Off on 1 Samuel 2, 1-36 (1 S 2)

Matthieu 19, 1-30 (Mt 19)

Matthieu 19, 1-30  Et il advint, quand Jésus eut achevé ces discours, qu’il quitta la Galilée et vint dans le territoire de la Judée au-delà du Jourdain.  2 Des foules nombreuses le suivirent, et là il les guérit.  3 Des Pharisiens s’approchèrent de lui et lui dirent, pour le mettre à l’épreuve : ” Est-il permis de répudier sa femme pour n’importe quel motif ? ”  4 Il répondit : ” N’avez-vous pas lu que le Créateur, dès l’origine, les fit homme et femme,  5 et qu’il a dit : Ainsi donc l’homme quittera son père et sa mère pour s’attacher à sa femme, et les deux ne feront qu’une seule chair ?  6 Ainsi ils ne sont plus deux, mais une seule chair. Eh bien ! ce que Dieu a uni, l’homme ne doit point le séparer. ” –  7 ” Pourquoi donc, lui disent-ils, Moïse a-t-il prescrit de donner un acte de divorce quand on répudie ? ” –  8 ” C’est, leur dit-il, en raison de votre dureté de coeur que Moïse vous a permis de répudier vos femmes ; mais dès l’origine il n’en fut pas ainsi.  9 Or je vous le dis : quiconque répudie sa femme – pas pour ” prostitution ” – et en épouse une autre, commet un adultère. ”  10 Les disciples lui disent : ” Si telle est la condition de l’homme envers la femme, il n’est pas expédient de se marier. ”  11 Il leur dit : ” Tous ne comprennent pas ce langage, mais ceux-là à qui c’est donné.  12 Il y a, en effet, des eunuques qui sont nés ainsi du sein de leur mère, il y a des eunuques qui le sont devenus par l’action des hommes, et il y a des eunuques qui se sont eux-mêmes rendus tels à cause du Royaume des Cieux. Qui peut comprendre, qu’il comprenne ! ”  13Alors des petits enfants lui furent présentés, pour qu’il leur imposât les mains en priant ; mais les disciples les rabrouèrent.  14 Jésus dit alors : ” Laissez les petits enfants et ne les empêchez pas de venir à moi ; car c’est à leurs pareils qu’appartient le Royaume des Cieux. ”  15 Puis il leur imposa les mains et poursuivit sa route.  16 Et voici qu’un homme s’approcha et lui dit : ” Maître, que dois-je faire de bon pour obtenir la vie éternelle ? ”  17 Il lui dit : ” Qu’as-tu à m’interroger sur ce qui est bon ? Un seul est le Bon. Que si tu veux entrer dans la vie, observe les commandements. ” –  18 ” Lesquels ? ” lui dit-il. Jésus reprit : ” Tu ne tueras pas, tu ne commettras pas d’adultère, tu ne voleras pas, tu ne porteras pas de faux témoignage,  19 honore ton père et ta mère, et tu aimeras ton prochain comme toi-même. ”  20 ” Tout cela, lui dit le jeune homme, je l’ai observé ; que me manque-t-il encore ? ” –  21 Jésus lui déclara : ” Si tu veux être parfait, va, vends ce que tu possèdes et donne-le aux pauvres, et tu auras un trésor dans les cieux ; puis viens, suis-moi. ”  22 Entendant cette parole, le jeune homme s’en alla contristé, car il avait de grands biens.  23 Jésus dit alors à ses disciples : ” En vérité, je vous le dis, il sera difficile à un riche d’entrer dans le Royaume des Cieux.  24 Oui, je vous le répète, il est plus facile à un chameau de passer par un trou d’aiguille qu’à un riche d’entrer dans le Royaume des Cieux. ”  25 Entendant cela, les disciples restèrent tout interdits : ” Qui donc peut être sauvé ? ” disaient-ils.  26 Fixant son regard, Jésus leur dit : ” Pour les hommes c’est impossible, mais pour Dieu tout est possible. ”  27 Alors, prenant la parole, Pierre lui dit : ” Voici que nous, nous avons tout laissé et nous t’avons suivi, quelle sera donc notre part ? ”  28Jésus leur dit : ” En vérité je vous le dis, à vous qui m’avez suivi : dans la régénération, quand le Fils de l’homme siégera sur son trône de gloire, vous siégerez vous aussi sur douze trônes, pour juger les douze tribus d’Israël .  29 Et quiconque aura laissé maisons, frères, soeurs, père, mère, enfants ou champs, à cause de mon nom, recevra bien davantage et aura en héritage la vie éternelle.  30 ” Beaucoup de premiers seront derniers, et de derniers seront premiers. “

Posted in 12 Tribus, Nouveau Testament | Comments Off on Matthieu 19, 1-30 (Mt 19)

Actes 3, 1-26 (Ac 3)

Acts 3, 1-26  FBJ Pierre et Jean montaient au Temple pour la prière de la neuvième heure.  2 Or on apportait un impotent de naissance qu’on déposait tous les jours à la porte du Temple appelée la Belle, pour demander l’aumône à ceux qui y entraient.  3 Voyant Pierre et Jean sur le point de pénétrer dans le Temple, il leur demanda l’aumône.  4 Alors Pierre fixa les yeux sur lui, ainsi que Jean, et dit : “Regarde-nous”.  5 Il tenait son regard attaché sur eux, s’attendant à en recevoir quelque chose.  6 Mais Pierre dit : ” De l’argent et de l’or, je n’en ai pas, mais ce que j’ai, je te le donne : au nom de Jésus Christ le Nazôréen, marche ! ”  7 Et le saisissant par la main droite, il le releva. À l’instant ses pieds et ses chevilles s’affermirent ;  8 d’un bond il fut debout, et le voilà qui marchait. Il entra avec eux dans le Temple, marchant, gambadant et louant Dieu.  9 Tout le peuple le vit marcher et louer Dieu ;  10 on le reconnaissait : c’était bien lui qui demandait l’aumône, assis à la Belle Porte du Temple. Et l’on fut rempli d’effroi et de stupeur au sujet de ce qui lui était arrivé.  11 Comme il ne lâchait pas Pierre et Jean, tous, hors d’eux-mêmes, accoururent vers eux au portique dit de Salomon.  12 À cette vue, Pierre s’adressa au peuple : ” Hommes d’Israël, pourquoi vous étonner de cela ? Qu’avez-vous à nous regarder, comme si c’était par notre propre puissance ou grâce à notre piété que nous avons fait marcher cet homme ?  13Le Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob, le Dieu de nos pères a glorifié son serviteur Jésus que vous, vous avez livré et que vous avez renié devant Pilate, alors qu’il était décidé à le relâcher.  14 Mais vous, vous avez chargé le Saint et le Juste ; vous avez réclamé la grâce d’un assassin,  15 tandis que vous faisiez mourir le prince de la vie. Dieu l’a ressuscité des morts : nous en sommes témoins.  16 Et par la foi en son nom, à cet homme que vous voyez et connaissez, ce nom même a rendu la force, et c’est la foi en lui qui, devant vous tous, l’a rétabli en pleine santé.  17 ” Cependant, frères, je sais que c’est par ignorance que vous avez agi, ainsi d’ailleurs que vos chefs.  18 Dieu, lui, a ainsi accompli ce qu’il avait annoncé d’avance par la bouche de tous les prophètes, que son Christ souffrirait.  19 Repentez-vous donc et convertissez-vous, afin que vos péchés soient effacés,  20 et qu’ainsi le Seigneur fasse venir le temps du répit. Il enverra alors le Christ qui vous a été destiné, Jésus,  21 celui que le ciel doit garder jusqu’aux temps de la restauration universelle dont Dieu a parlé [de la restitution (ou : accomplissement plénier de tout ce que Dieu a dit] par la bouche de ses saints prophètes].  22 Moïse, d’abord, a dit : Le Seigneur Dieu vous suscitera d’entre vos frères un prophète semblable à moi ; vous l’écouterez en tout ce qu’il vous dira.  23 Quiconque n’écoutera pas ce prophète sera exterminé du sein du peuple.  24 Tous les prophètes, ensuite, qui ont parlé depuis Samuel et ses successeurs, ont pareillement annoncé ces jours-ci.  25“Vous êtes, vous, les fils des prophètes et de l’alliance que Dieu a conclue avec nos pères quand il a dit à Abraham : Et en ta postérité seront bénies toutes les familles de la terre.  26 C’est pour vous d’abord que Dieu a ressuscité son Serviteur et l’a envoyé vous bénir, du moment que chacun de vous se détourne de ses perversités. “

Posted in Apocatastase, Nouveau Testament | Comments Off on Actes 3, 1-26 (Ac 3)

Actes 1, 1-26 (Ac 1)

Acts 1, 1-26  J’ai consacré mon premier livre, ô Théophile, à tout ce que Jésus a fait et enseigné, depuis le commencement  2 jusqu’au jour où, après avoir donné ses instructions aux apôtres qu’il avait choisis sous l’action de l’Esprit Saint, il fut enlevé au ciel.  3 C’est encore à eux qu’avec de nombreuses preuves il s’était présenté vivant après sa passion ; pendant quarante jours, il leur était apparu et les avait entretenus du Royaume de Dieu.  4 Alors, au cours d’un repas qu’il partageait avec eux, il leur enjoignit de ne pas s’éloigner de Jérusalem, mais d’y attendre ce que le Père avait promis, ” ce que, dit-il, vous avez entendu de ma bouche :  5 Jean, lui, a baptisé avec de l’eau, mais vous, c’est dans l’Esprit Saint que vous serez baptisés sous peu de jours. ”  6 Étant donc réunis, ils l’interrogeaient ainsi : ” Seigneur, est-ce maintenant, le temps où tu vas restaurer la royauté en Israël ? ”  7 Il leur répondit : ” Il ne vous appartient pas de connaître les temps et moments que le Père a fixés de sa seule autorité.  8 Mais vous allez recevoir une force, celle de l’Esprit Saint qui descendra sur vous. Vous serez alors mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée et la Samarie, et jusqu’aux extrémités de la terre. ”  9 À ces mots, sous leurs regards, il s’éleva, et une nuée le déroba à leurs yeux.  10 Et comme ils étaient là, les yeux fixés au ciel pendant qu’il s’en allait, voici que deux hommes vêtus de blanc se trouvèrent à leurs côtés ;  11 ils leur dirent : ” Hommes de Galilée, pourquoi restez-vous ainsi à regarder le ciel ? Celui qui vous a été enlevé, ce même Jésus, viendra comme cela, de la même manière dont vous l’avez vu s’en aller vers le ciel. ”  12 Alors, du mont des Oliviers, ils s’en retournèrent à Jérusalem ; la distance n’est pas grande : celle d’un chemin de sabbat.  13 Rentrés en ville, ils montèrent à la chambre haute où ils se tenaient habituellement. C’étaient Pierre, Jean, Jacques, André, Philippe et Thomas, Barthélemy et Matthieu, Jacques fils d’Alphée et Simon le Zélote, et Jude fils de Jacques.  14 Tous d’un même coeur étaient assidus à la prière avec quelques femmes, dont Marie mère de Jésus, et avec ses frères.  15 En ces jours-là, Pierre se leva au milieu des frères, – ils étaient réunis au nombre d’environ cent vingt personnes, – et il dit :  16 ” Frères, il fallait que s’accomplît l’Écriture où, par la bouche de David, l’Esprit Saint avait parlé d’avance de Judas, qui s’est fait le guide de ceux qui ont arrêté Jésus.  17 Il avait rang parmi nous et s’était vu attribuer une part dans notre ministère.  18 Et voilà que, s’étant acquis un domaine avec le salaire de son forfait, cet homme est tombé la tête la première et a éclaté par le milieu, et toutes ses entrailles se sont répandues.  19 La chose fut si connue de tous les habitants de Jérusalem que ce domaine fut appelé dans leur langue Hakeldama, c’est-à-dire “Domaine du sang”.  20 Or il est écrit au Livre des Psaumes : Que son enclos devienne désert et qu’il ne se trouve personne pour y habiter. ” Et encore : Qu’un autre reçoive sa charge.  21 ” Il faut donc que, de ces hommes qui nous ont accompagnés tout le temps que le Seigneur Jésus a vécu au milieu de nous,  22 en commençant au baptême de Jean jusqu’au jour où il nous fut enlevé, il y en ait un qui devienne avec nous témoin de sa résurrection. ”  23 On en présenta deux, Joseph dit Barsabbas, surnommé Justus, et Matthias.  24 Alors ils firent cette prière : ” Toi, Seigneur, qui connais le coeur de tous les hommes, montre-nous lequel de ces deux tu as choisi  25 pour occuper, dans le ministère de l’apostolat, la place qu’a délaissée Judas pour s’en aller à sa place à lui. ”  26 Alors on tira au sort et le sort tomba sur Matthias, qui fut mis au nombre des douze apôtres.

Posted in Nouveau Testament, Rétablissement Royaume, Royaume d'Israël | Comments Off on Actes 1, 1-26 (Ac 1)

Matthieu 24 (Mt 24)

Matthieu 24, 1-51  Comme Jésus sortait du Temple et s’en allait, ses disciples s’approchèrent pour lui faire voir les constructions du Temple.  2 Mais il leur répondit : ” Vous voyez tout cela, n’est-ce pas ? En vérité je vous le dis, il ne restera pas ici pierre sur pierre qui ne soit jetée bas. ”  3 Et, comme il était assis sur le mont des Oliviers, les disciples s’approchèrent de lui, en particulier, et demandèrent : ” Dis-nous quand cela aura lieu, et quel sera le signe de ton avènement et de la fin du monde. ”  4 Et Jésus leur répondit : ” Prenez garde qu’on ne vous abuse.  5 Car il en viendra beaucoup sous mon nom, qui diront : “C’est moi le Christ”, et ils abuseront bien des gens.  6 Vous aurez aussi à entendre parler de guerres et de rumeurs de guerres ; voyez, ne vous alarmez pas : car il faut que cela arrive, mais ce n’est pas encore la fin.  7 On se dressera, en effet, nation contre nation et royaume contre royaume. Il y aura par endroits des famines et des tremblements de terre.  8 Et tout cela ne fera que commencer les douleurs de l’enfantement.  9 ” Alors on vous livrera aux tourments et on vous tuera ; vous serez haïs de toutes les nations à cause de mon nom.  10 Et alors beaucoup succomberont ; ce seront des trahisons et des haines intestines.  11 Des faux prophètes surgiront nombreux et abuseront bien des gens.  12 Par suite de l’iniquité croissante, l’amour se refroidira chez le grand nombre.  13 Mais celui qui aura tenu bon jusqu’au bout, celui-là sera sauvé.  14 ” Cette Bonne Nouvelle du Royaume sera proclamée dans le monde entier, en témoignage à la face de toutes les nations. Et alors viendra la fin.  15 ” Lors donc que vous verrez l’abomination de la désolation, dont a parlé le prophète Daniel, installée dans le saint lieu que le lecteur comprenne ! ,  16 alors que ceux qui seront en Judée s’enfuient dans les montagnes,  17 que celui qui sera sur la terrasse ne descende pas dans sa maison pour prendre ses affaires,  18 et que celui qui sera aux champs ne retourne pas en arrière pour prendre son manteau !  19 Malheur à celles qui seront enceintes et à celles qui allaiteront en ces jours-là !  20 Priez pour que votre fuite ne tombe pas en hiver, ni un sabbat.  21 Car il y aura alors une grande tribulation, telle qu’il n’y en a pas eu depuis le commencement du monde jusqu’à ce jour, et qu’il n’y en aura jamais plus.  22 Et si ces jours-là n’avaient été abrégés, nul n’aurait eu la vie sauve ; mais à cause des élus, ils seront abrégés, ces jours-là.  23 ” Alors si quelqu’un vous dit : “Voici : le Christ est ici ! ” ou bien : “Il est là ! “, n’en croyez rien.  24 Il surgira, en effet, des faux Christs et des faux prophètes, qui produiront de grands signes et des prodiges, au point d’abuser, s’il était possible, même les élus.  25 Voici que je vous ai prévenus.  26 ” Si donc on vous dit : “Le voici au désert”, n’y allez pas ; “Le voici dans les retraites”, n’en croyez rien.  27 Comme l’éclair, en effet, part du levant et brille jusqu’au couchant, ainsi en sera-t-il de l’avènement du Fils de l’homme.  28 Où que soit le cadavre, là se rassembleront les vautours.  29 ” Aussitôt après la tribulation de ces jours-là, le soleil s’obscurcira, la lune ne donnera plus sa lumière, les étoiles tomberont du ciel, et les puissances des cieux seront ébranlées.  30 Et alors apparaîtra dans le ciel le signe du Fils de l’homme ; et alors toutes les races de la terre se frapperont la poitrine ; et l’on verra le Fils de l’homme venant sur les nuées du ciel avec puissance et grande gloire.  31 Et il enverra ses anges avec une trompette sonore, pour rassembler ses élus des quatre vents, des extrémités des cieux à leurs extrémités.  32 ” Du figuier apprenez cette parabole. Dès que sa ramure devient flexible et que ses feuilles poussent, vous comprenez que l’été est proche.  33 Ainsi vous, lorsque vous verrez tout cela, comprenez qu’Il est proche, aux portes.  34 En vérité je vous le dis, cette génération ne passera pas que tout cela ne soit arrivé.  35 Le ciel et la terre passeront, mais mes paroles ne passeront point.  36 Quant à la date de ce jour, et à l’heure, personne ne les connaît, ni les anges des cieux, ni le Fils, personne que le Père, seul.  37 ” Comme les jours de Noé, ainsi sera l’avènement du Fils de l’homme.  38 En ces jours qui précédèrent le déluge, on mangeait et on buvait, on prenait femme et mari, jusqu’au jour où Noé entra dans l’arche,  39 et les gens ne se doutèrent de rien jusqu’à l’arrivée du déluge, qui les emporta tous. Tel sera aussi l’avènement du Fils de l’homme.  40 Alors deux hommes seront aux champs : l’un est pris, l’autre laissé ;  41 deux femmes en train de moudre ; l’une est prise, l’autre laissée.  42 ” Veillez donc, parce que vous ne savez pas quel jour va venir votre Maître.  43 Comprenez-le bien : si le maître de maison avait su à quelle heure de la nuit le voleur devait venir, il aurait veillé et n’aurait pas permis qu’on perçât le mur de sa demeure.  44 Ainsi donc, vous aussi, tenez-vous prêts, car c’est à l’heure que vous ne pensez pas que le Fils de l’homme va venir.  45 ” Quel est donc le serviteur fidèle et avisé que le maître a établi sur les gens de sa maison pour leur donner la nourriture en temps voulu ?  46 Heureux ce serviteur que son maître en arrivant trouvera occupé de la sorte !  47 En vérité je vous le dis, il l’établira sur tous ses biens.  48 Mais si ce mauvais serviteur dit en son coeur : “Mon maître tarde”  49 et qu’il se mette à frapper ses compagnons, à manger et à boire en compagnie des ivrognes,  50 le maître de ce serviteur arrivera au jour qu’il n’attend pas et à l’heure qu’il ne connaît pas ;  51 il le retranchera et lui assignera sa part parmi les hypocrites : là seront les pleurs et les grincements de dents.

Posted in Evangile | Comments Off on Matthieu 24 (Mt 24)

Matthieu 7, 1-29 (Mt 7)

Matthieu 7, 1-29  ” Ne jugez pas, afin de n’être pas jugés ;  2 car, du jugement dont vous jugez on vous jugera, et de la mesure dont vous mesurez on mesurera pour vous.  3 Qu’as-tu à regarder la paille qui est dans l’oeil de ton frère ? Et la poutre qui est dans ton oeil à toi, tu ne la remarques pas !  4 Ou bien comment vas-tu dire à ton frère : “Laisse-moi ôter la paille de ton oeil”, et voilà que la poutre est dans ton oeil !  5 Hypocrite, ôte d’abord la poutre de ton oeil, et alors tu verras clair pour ôter la paille de l’oeil de ton frère.  6 ” Ne donnez pas aux chiens ce qui est sacré, ne jetez pas vos perles devant les porcs, de crainte qu’ils ne les piétinent, puis se retournent contre vous pour vous déchirer.  7 ” Demandez et l’on vous donnera ; cherchez et vous trouverez ; frappez et l’on vous ouvrira.  8 Car quiconque demande reçoit ; qui cherche trouve ; et à qui frappe on ouvrira.  9 Quel est d’entre vous l’homme auquel son fils demandera du pain, et qui lui remettra une pierre ?  10 ou encore, s’il lui demande un poisson, lui remettra-t-il un serpent ?  11 Si donc vous, qui êtes mauvais, vous savez donner de bonnes choses à vos enfants, combien plus votre Père qui est dans les cieux en donnera-t-il de bonnes à ceux qui l’en prient !  12 ” Ainsi, tout ce que vous voulez que les hommes fassent pour vous, faites-le vous mêmes pour eux : voilà la Loi et les Prophètes.  13 ” Entrez par la porte étroite. Large, en effet, et spacieux est le chemin qui mène à la perdition, et il en est beaucoup qui s’y engagent ;  14 mais étroite est la porte et resserré le chemin qui mène à la Vie, et il en est peu qui le trouvent.  15 ” Méfiez-vous des faux prophètes, qui viennent à vous déguisés en brebis, mais au-dedans sont des loups rapaces.  16 C’est à leurs fruits que vous les reconnaîtrez. Cueille-t-on des raisins sur des épines ? ou des figues sur des chardons ?  17 Ainsi tout arbre bon produit de bons fruits, tandis que l’arbre gâté produit de mauvais fruits.  18 Un bon arbre ne peut porter de mauvais fruits, ni un arbre gâté porter de bons fruits.  19 Tout arbre qui ne donne pas un bon fruit, on le coupe et on le jette au feu.  20 Ainsi donc, c’est à leurs fruits que vous les reconnaîtrez.  21 ” Ce n’est pas en me disant : “Seigneur, Seigneur”, qu’on entrera dans le Royaume des Cieux, mais c’est en faisant la volonté de mon Père qui est dans les cieux.  22 Beaucoup me diront en ce jour-là : “Seigneur, Seigneur, n’est-ce pas en ton nom que nous avons prophétisé ? en ton nom que nous avons chassé les démons ? en ton nom que nous avons fait bien des miracles ?”  23 Alors je leur dirai en face : “Jamais je ne vous ai connus ; écartez-vous de moi, vous qui commettez l’iniquité. ”  24 ” Ainsi, quiconque écoute ces paroles que je viens de dire et les met en pratique, peut se comparer à un homme avisé qui a bâti sa maison sur le roc.  25 La pluie est tombée, les torrents sont venus, les vents ont soufflé et se sont déchaînés contre cette maison, et elle n’a pas croulé : c’est qu’elle avait été fondée sur le roc.  26 Et quiconque entend ces paroles que je viens de dire et ne les met pas en pratique, peut se comparer à un homme insensé qui a bâti sa maison sur le sable.  27 La pluie est tombée, les torrents sont venus, les vents ont soufflé et se sont rués sur cette maison, et elle s’est écroulée. Et grande a été sa ruine ! ”  28 Et il advint, quand Jésus eut achevé ces discours, que les foules étaient frappées de son enseignement :  29 car il les enseignait en homme qui a autorité, et non pas comme leurs scribes.

24

Posted in Evangile | Comments Off on Matthieu 7, 1-29 (Mt 7)

Mystère d’Israël (Rm 11)

Romains 11, 1-36  Je demande donc : Dieu aurait-il rejeté son peuple ? Certes non ! Ne suis-je pas moi-même Israélite, de la race d’Abraham, de la tribu de Benjamin ?  2 Dieu n’a pas rejeté le peuple que d’avance il a discerné. Ou bien ignorez-vous ce que dit l’Écriture à propos d’Élie, quand il s’entretient avec Dieu pour accuser Israël :  3 Seigneur, ils ont tué tes prophètes, rasé tes autels, et moi je suis resté seul et ils en veulent à ma vie !  4 Eh bien, que lui répond l’oracle divin ? Je me suis réservé sept mille hommes qui n’ont pas fléchi le genou devant Baal.  5 Ainsi pareillement aujourd’hui il subsiste un reste, élu par grâce.  6 Mais si c’est par grâce, ce n’est plus en raison des oeuvres ; autrement la grâce n’est plus grâce.  7 Que conclure ? Ce que recherche Israël, il ne l’a pas atteint ; mais ceux-là l’ont atteint qui ont été élus. Les autres, ils ont été endurcis,  8 selon le mot de l’Écriture : Dieu leur a donné un esprit de torpeur : ils n’ont pas d’yeux pour voir, d’oreilles pour entendre jusqu’à ce jour.  9 David dit aussi : Que leur table soit un piège, un lacet, une cause de chute, et leur serve de salaire !  10 Que leurs yeux s’enténèbrent pour ne point voir et fais-leur sans arrêt courber le dos !  11 Je demande donc : serait-ce pour une vraie chute qu’ils ont bronché ? Certes non ! mais leur faux-pas a procuré le salut aux païens, afin que leur propre jalousie en fût excitée.  12 Et si leur faux-pas a fait la richesse du monde et leur amoindrissement la richesse des païens, que ne fera pas leur totalité !  13 Or je vous le dis à vous, les païens, je suis bien l’apôtre des païens et j’honore mon ministère,  14 mais c’est avec l’espoir d’exciter la jalousie de ceux de mon sang et d’en sauver quelques-uns.  15 Car si leur mise à l’écart fut une réconciliation pour le monde, que sera leur admission, sinon une résurrection d’entre les morts ?  16 Or si les prémices sont saintes, toute la pâte aussi ; et si la racine est sainte, les branches aussi.  17 Mais si quelques-unes des branches ont été coupées tandis que toi, sauvageon d’olivier tu as été greffé parmi elles pour bénéficier avec elles de la sève de l’olivier,  18 ne va pas te glorifier aux dépens des branches. Ou si tu veux te glorifier, ce n’est pas toi qui portes la racine, c’est la racine qui te porte.  19 Tu diras : On a coupé des branches, pour que, moi, je fusse greffé.  20 Fort bien. Elles ont été coupées pour leur incrédulité, et c’est la foi qui te fait tenir. Ne t’enorgueillis pas ; crains plutôt.  21 Car si Dieu n’a pas épargné les branches naturelles, prends garde qu’il ne t’épargne pas davantage.  22 Considère donc la bonté et la sévérité de Dieu : sévérité envers ceux qui sont tombés, et envers toi bonté, pourvu que tu demeures en cette bonté ; autrement tu seras retranché toi aussi.  23 Et eux, s’ils ne demeurent pas dans l’incrédulité, ils seront greffés : Dieu est bien assez puissant pour les greffer à nouveau.  24 En effet, si toi tu as été retranché de l’olivier sauvage auquel tu appartenais par nature, et greffé, contre nature, sur un olivier franc, combien plus eux, les branches naturelles, seront-ils greffés sur leur propre olivier !  25 Car je ne veux pas, frères, vous laisser ignorer ce mystère, de peur que vous ne vous complaisiez en votre sagesse : une partie d’Israël s’est endurcie jusqu’à ce que soit entrée la totalité des païens,  26 et ainsi tout Israël sera sauvé, comme il est écrit : De Sion viendra le Libérateur, il ôtera les impiétés du milieu de Jacob.  27 Et voici quelle sera mon alliance avec eux lorsque j’enlèverai leurs péchés.  28 Ennemis, il est vrai, selon l’Évangile, à cause de vous, ils sont, selon l’Élection, chéris à cause de leurs pères.  29 Car les dons et l’appel de Dieu sont sans repentance.  30 En effet, de même que jadis vous avez désobéi à Dieu et qu’au temps présent vous avez obtenu miséricorde grâce à leur désobéissance,  31 eux de même au temps présent ont désobéi grâce à la miséricorde exercée envers vous, afin qu’eux aussi ils obtiennent au temps présent miséricorde.  32 Car Dieu a enfermé tous les hommes dans la désobéissance pour faire à tous miséricorde.  33 O abîme de la richesse, de la sagesse et de la science de Dieu ! Que ses décrets sont insondables et ses voies incompréhensibles !  34 Qui en effet a jamais connu la pensée du Seigneur ? Qui en fut jamais le conseiller ?  35 Ou bien qui l’a prévenu de ses dons pour devoir être payé de retour ?  36 Car tout est de lui et par lui et pour lui. À lui soit la gloire éternellement ! Amen.

Posted in Epître aux Romains, Mystère d'Israël | Tagged , , | Comments Off on Mystère d’Israël (Rm 11)

1 R 11, 29-39 (1 R 11)

Schisme entre Israël et Juda

1 Rois 11, 29-39   29 Il arriva que Jéroboam, étant sorti de Jérusalem, fut abordé en chemin par le prophète Ahiyya, de Silo ; celui-ci était vêtu d’un manteau neuf et ils étaient seuls tous les deux dans la campagne.  30Ahiyya prit le manteau neuf qu’il avait sur lui et le déchira en douze morceaux.  31 Puis il dit à Jéroboam : ” Prends pour toi dix morceaux, car ainsi parle L’Eternel, Dieu d’Israël : Voici que je vais arracher le royaume de la main de Salomon et je te donnerai les dix tribus.  32 Il aura une tribu en considération de mon serviteur David et de Jérusalem, la ville que j’ai élue de toutes les tribus d’Israël.  33 C’est qu’il m’a délaissé, qu’il s’est prosterné devant Astarté, la déesse des Sidoniens, Kemosh, le dieu de Moab, Milkom, le dieu des Ammonites, et qu’il n’a pas suivi mes voies, en faisant ce qui est juste à mes yeux, ni mes lois et mes ordonnances, comme son père David.  34 Mais ce n’est pas de sa main que je prendrai le royaume, car je l’ai établi prince pour tout le temps de sa vie, en considération de mon serviteur David, que j’ai élu et qui a observé mes commandements et mes lois ;  35 c’est de la main de son fils que j’enlèverai le royaume et je te le donnerai, c’est-à-dire les dix tribus.  36Pourtant je laisserai à son fils une tribu, pour que mon serviteur David ait toujours une lampe devant moi à Jérusalem, la ville que j’ai choisie pour y placer mon Nom.  37 Pour toi, je te prendrai pour que tu règnes sur tout ce que tu voudras et tu seras roi sur Israël.  38 Si tu obéis à tout ce que je t’ordonnerai, si tu suis mes voies et fais ce qui est juste à mes yeux, en observant mes lois et mes commandements comme a fait mon serviteur David, alors je serai avec toi et je construirai une maison stable comme j’ai construit pour David. Je te donnerai Israël  39 et j’humilierai la descendance de David à cause de cela ; cependant pas pour toujours. “

Posted in 12 Tribus, Ancien Testament, Relations chrétiens et juifs, Uncategorized | Tagged , , , , | Comments Off on 1 R 11, 29-39 (1 R 11)

La signification religieuse de la «Terre d’Israël» dans les «Notes catéchétiques», Henry Siegman

 

Reprise de cet article mis en ligne en 1985.

Les Notes du Vatican concernant les juifs et le judaïsme, publiées [en 1985], sont le troisième texte de ce genre depuis Vatican II. Elles ont suscité des réactions défavorables de la part de certains Israéliens (1) et de l’organisme juif qui est en rapport sur ces questions avec le Vatican. Le Comité juif international pour les consultations interreligieuses (I.J.C.I.C.), qui se compose de l’American Jewish Committee, de l’Anti‑Defamation League of B’nai B’rith, du Comité interreligieux d’Israël, du Synagogue Council of America et du Congrès juif mondial, a publié en effet une critique officielle du document catholique (2). L’un des principaux griefs qu’il fait au document est que ce dernier omet de mentionner la signification religieuse que l’Etat d’Israël doit avoir pour les catholiques.

Ce document, qui porte le titre « Notes pour une correcte présentation des juifs et du judaïsme dans la prédication et la catéchèse de l’Eglise catholique », reconnaît pourtant clairement l’attachement des juifs à la Terre et invite les chrétiens à comprendre cet attachement religieux et son enracinement dans la tradition biblique. Les catholiques, ajoute le document, « doivent envisager l’Etat moderne d’Israël et ses options politiques, non à partir d’une perspective qui serait en elle‑même religieuse, mais en se référant aux principes communs du droit international ».

Le Congrès juif américain, dans la réponse que, pour sa part, il a publiée au document catholique, n’a pas abordé ce point. Ce silence n’est pas une omission. Mais il révèle un désaccord sur le fond avec l’opinion des organisations juives qui composent l’I.J.C.I.C., désaccord qui mérite quelques commentaires.

Il est difficile de ne pas exprimer une certaine ironie en voyant des représentants d’organisations juives et des professeurs, dont certains n’ont aucune préoccupation religieuse, reprocher à l’Eglise catholique d’omettre d’épouser des perspectives qu’ils rejettent eux-mêmes.

Quant à ceux qui ont un engagement religieux, la question de la signification religieuse de l’Etat d’Israël est loin d’être à leurs yeux bien établie. Certains, s’appuyant sur la loi religieuse, non seulement n’attribuent aucune signification religieuse à l’Etat d’Israël, mais estiment même qu’il constitue un phénomène antireligieux. C’est le cas non seulement des Neturei Karta, mais de certains juifs orthodoxes plus modérés, dont la voix s’exprime par l’Agudat Israel.

De nombreux juifs religieux croient que la renaissance de l’indépendance politique juive sur la Terre d’Israël est le commencement d’un processus eschatologique, c’est-à-dire l’aube de la rédemption. Mais d’autres, tout aussi religieux, sont à tout le moins indécis quant à la signification eschatologique de l’Etat d’Israël. Enfin, si, pour la plupart des juifs religieux, le retour des juifs à leur patrie ancestrale constitue très nettement un acte de la providence divine, cela n’implique pas nécessairement qu’il faille attribuer une signification religieuse à l’Etat.

Pour les juifs croyants, la Terre d’Israël revêt un caractère sacré particulier et sa relation au peuple d’Israël est fondée sur la promesse biblique. Il est significatif que la déclaration catholique en prenne acte. La Bible ne parle pas dans les mêmes termes du lien existant entre d’autres terres et d’autres peuples.

Cependant, il n’est pas évident que la sainteté particulière de la Terre d’Israël et les promesses bibliques dussent avoir pour effet que cet instrument séculier qu’est l’Etat d’Israël soit revêtu d’un statut religieux spécial. Cette opinion étant celle de la plupart des juifs, il est normal de s’attendre à ce qu’elle soit aussi celle de l’Eglise catholique.

En outre, le christianisme, qui a été défini par sa conviction de « succéder » aux juifs en tant que peuple de Dieu, pense que les promesses des Ecritures hébraïques doivent être comprises dans une lumière nouvelle, en tant qu’il y a eu place pour une nouvelle « élection », et un nouveau peuple de Dieu.

Cette autodéfinition chrétienne de l’Eglise sur elle-même peut en tout cas l’empêcher de professer comme une doctrine chrétienne la signification religieuse actuelle de la Terre d’Israël, sans pour autant I’empêcher de respecter le fait qu’elle ait une telle signification religieuse pour le judaïsme.

Pour toutes ces raisons, l’insistance de l’I.J.C.I.C. (et de G. Wigoder dans l’article où il exprime son opinion) à déclarer que l’Eglise catholique, en omettant de reconnaître la signification religieuse de l’Israël moderne, a fait preuve d’un manquement au dialogue dans son rapport avec le Comité représentatif des juifs, est dépourvue de sens.

C’est une position qui doit être rejetée pour diverses raisons, théologiques et autres, car elle insinue que la communauté juive aurait besoin de la confirmation d’autrui dans les affirmations centrales de sa foi.

Le judaïsme a besoin de la compréhension respectueuse et sympathique des personnes qui ont d’autres convictions. Le judaïsme peut s’enrichir, spirituellement et intellectuellement, dans un dialogue ouvert et loyal au niveau religieux. Mais il n’a pas besoin de faire valider sa foi par d’autres. Cette validation ne peut venir que de l’intérieur de la vie et de la pensée juives, non de l’extérieur.

Quand la théologie juive déclare qu’elle n’attache aucun poids particulier à la reconnaissance par les chrétiens du fait que l’alliance du Sinaï n’a pas été abrogée, elle ne dénigre pas en cela le christianisme.

De la même manière, il n’appartient pas aux juifs de réclamer des chrétiens l’enracinement particulier de leur foi dans le judaïsme. Une authentique compréhension des chrétiens par eux-mêmes, qui les conduirait à affirmer leur lien avec le judaïsme, ne peut jaillir que de I’intérieur du christianisme.

Lorsqu’il propose aux catholiques d’envisager l’Etat d’Israël dans la perspective des « principes communs du droit international », le document du Vatican émet une proposition parfaitement correcte. En effet, même dans une perspective juive, cette prise de position est de loin la plus souhaitable de la part des catholiques et des autres groupes religieux.

Quelle que soit l’importance doctrinale – positive ou négative – que les hommes religieux attachent aux souverainetés politiques, celle-ci ne doit jouer absolument aucun rôle dans l’arène séculière et internationale d’un monde religieusement pluraliste. Dans ce domaine, seuls doivent s’appliquer les principes communs du droit international. Si les relations internationales en viennent à recourir à des considérations théologiques, pourquoi la doctrine du judaïsme aurait-elle plus de poids que celle de l’islam ou celle de l’orthodoxie russe ? Qui plus est, les doctrines théologiques du judaïsme ne disposent pas d’un appui majoritaire parmi les peuples du monde.

Lorsque les premiers sionistes ont sollicité l’appui des chrétiens pour leur programme, un pape a explicitement refusé de fournir cet appui pour des raisons théologiques. La juste et unique réponse à ce refus doit être de déclarer que les aspirations nationales des juifs doivent être jugées sur la base des principes du droit international et non à l’aune de la théologie catholique.

Dans un monde de pluralisme religieux, il faut nécessairement laisser les considérations religieuses à l’écart. Une entité politique qui ne pourrait se réclamer des principes communs du droit international ne saurait justifier sa cause dans l’arène politique internationale en recourant à des principes confessionnels.

L’infrangible attachement des juifs de tous les temps et de tous les pays de la diaspora à la Terre d’Israël est un fait historique « séculier ». Les promesses bibliques et la centralité de la Terre dans la théologie juive expliquent cette inflexible ténacité. Mais les revendications territoriales d’Israël au plan séculier et international se fondent sur l’histoire et non sur la théologie.

Il peut y avoir des différences légitimes d’appréciation sur la question de savoir si le nouveau document catholique représente une avancée ou non, dans l’attitude de l’Eglise catholique à l’égard des juifs et du judaïsme. Dans la question de savoir si le catholicisme reconnaît que le judaïsme a un statut salvifique, il apparaît que le document s’avance beaucoup moins que ne le font les théologiens catholiques qui représentent le Vatican dans le dialogue avec les juifs.

Mais en ce qui concerne les déclarations du document sur la signification religieuse de l’Etat d’Israël, les critiques qui ont été exprimées sont sans fondement.

© Henry Siegman

* Texte paru dans The Jerusalem Post du 2 septembre 1985. L’auteur est directeur exécutif du Congrès juif américain.

(1) Cf. Geoffrey Wigoder,« Retreat by the Vatican », dans The Jerusalem Post, 6 juillet 1985.

(2) Cf. Bulletin quotidien d’information de l’Agence Télégraphique Juive du 26 juin 1985.

Posted in Relations chrétiens et juifs | Comments Off on La signification religieuse de la «Terre d’Israël» dans les «Notes catéchétiques», Henry Siegman