Le Chef des Juifs : l’Antéchrist. Le ténébreux secret du projet sioniste, Zacharias

8 janvier 2010
Même s’il s’agit d’un article provenant d’un site marginal, il ne m’a pas paru inutile de reproduire ce texte. Il est d’autant plus exemplaire qu’il ne s’agit pas d’un libelle grossier, mais de l’expression d’une foi catholique – certes, intégriste et certainement pas conforme au nouvel esprit instauré par l’Eglise, depuis Vatican II, dans ses relations avec les Juifs – mais qui n’en est pas moins représentative de conceptions et d’un état d’esprit, beaucoup plus répandus qu’on ne le croit généralement dans certains milieux catholiques. C’est pourquoi je le verse au dossier de l’antisémitisme chrétien. (Menahem Macina).
Article repris du site La Question, 29 novembre 2009, par Zacharias

temptation_of_christ.jpg
« L’Antéchrist n’est pas plus que le Messie
une fable, un mythe, un symbole… »
o3ja7n3p.jpg
m-norah-1-.jpg
« La croyance au Messie vengeur est prodigieusement enracinée
dans les entrailles de la nation Juive d’un bout à l’autre de la terre.
Elle est la base de la religion judaïque.»

3105g.jpg La religion Juive, c’est-à-dire le judaïsme rabbinique et talmudique qui déteste Jésus-Christ et exècre son Eglise, n’a qu’un seul objet, n’est fondée que sur un seul principe : l’idée nationale ! De ce fait, le sionisme, doctrine nationale s’il en est qui a vu l’accomplissement de son plan au XXe siècle, n’est que la traduction, l’accomplissement d’un dessein judaïque absolument contraire au plan divin puisqu’il s’oppose à ce que Dieu souhaita pour les Juifs.
Mais le plus inquiétant, que l’on ignore, c’est que l’idée nationale, qui a trouvé dans le sionisme son mode de réalisation, est synonyme d’attente d’un Messie qui a pour objectif  d’assurer le triomphe mondain des Juifs, détruisant ce qui en fait obstacle, la religion chrétienne. On est donc effectivement très loin, dans ce Retour en Terre sainte des Juifs, d’un « miracle » manifestant une volonté divine, un projet béni par Dieu. L’espérance messianique dissimule en fait un secret désir, dominer les royaumes de la terre. De la sorte, le Messie judaïque, dont la venue est liée à la reconstruction de la nation Juive est, et il faut avoir le courage et le devoir catholique de le dire : l’Antéchrist !

365826777_0271797c06.jpg
La réponse de saint Pie X au sionisme,
fut sans appel :
L’idée nationale sioniste et son secret
double_triangle_of_solomon.gif En effet, un triomphateur qui garantirait le pouvoir sur les nations, tel est le visage du
Messie attendu par les Juifs ?
baphomet666.jpg
On est là face à un plan qui nous éloigne de façon impressionnante des intentions de Dieu pour son peuple, et l’on assiste, épouvantés, à l’exécution d’une intention plus que redoutable pour la chrétienté . Pourtant, ceci est conforme en tous points aux analyses des Pères de l’Eglise, aux docteurs et théologiens, à ce qu’ont pensé les papes. C’est également ce qu’expliqua Henri Gougenot des Mousseaux, (1805-1876), monarchiste légitimiste, gentilhomme à la chambre du roi Charles X, fait Chevalier de l’Ordre de Saint Grégoire-le-Grand par Grégoire XVI en gratitude pour ses écrits, honoré de la croix de commandeur de l’ordre pontifical de Pie IX,  qui rédigea  un texte en 1869, Le Juif, le Judaïsme et la Judaïsation des peuples chrétiens, afin de mettre en garde les nations chrétiennes contre une menace terrifiante et épouvantable qui est très éloignée, mais alors vraiment, des rêves chimériques et des illusions nocives des sionistes et de ce qui en sont devenus, par aveuglement, les alliés :
« L’objet de la mission de ce Messie, ce sera de délivrer Israël dispersé, de l’affranchir de la captivité dans laquelle le forcent à gémir les nations, « et de le ramener dans la Terre sainte après avoir défait Gog et Magog. » Au peuple élu de réédifier et Jérusalem et son temple ; à lui de rétablir et de consolider « un règne temporel dont la durée sera celle du mondeToutes les nations alors « seront assujetties aux Juifs, et les Juifs disposeront à leur gré des individus qui les composent et de leurs biens. » (…) Telle est, pour les Juifs, l’une des images de la félicité promise sous le Messie qu’ils attendent ! » [1]
pgs_14.jpg
« Toute la religion juive est fondée
SUR L’IDÉE NATIONALE »
L’idée nationale, dont le premier temps après qu’elle ait été édifiée, ce qui est bien le cas aujourd’hui puisque les Juifs, poussés et aidés par une puissance satanique se sont emparés de Jérusalem par les armes, est positivement basée sur l’attente d’un Messie vengeur :
« La croyance au Messie vengeur est vivace, et prodigieusement enracinée dans les entrailles de la nation d’un bout à l’autre de la terre. Elle est la base de la religion judaïque ; elle est la dernière consolation du Juif. Toute la religion juive est fondée SUR L’IDÉE NATIONALE ; il n’est pas une aspiration, pas une pulsation qui ne soit vers LA PATRIE… »   [2]
L’attente du Messie vengeur !

gougenot-des-mousseaux.jpg
Gregory_XVI.jpg
sera fait Chevalier de l’Ordre de Saint Grégoire-le-Grand
par Grégoire XVI en gratitude pour ses écrits antijudaïques.
mihc3a1lyzichylucifer1887.jpg Ce Messie vengeur, Messie Juif qui fonde toute l’espérance du rétablissement national de l’Etat d’Israël en Palestine, territoire conquis par le crime, la spoliation et les attentats, n’est autre, du point de vue scripturaire, que l’abominable figure de la Bête de l’Apocalypse, le séducteur capable de tromper et d’aveugler, même les chrétiens, en se faisant passer pour un envoyé du Seigneur :
« En effet, si peu que les saintes Écritures ne soient point aux yeux du chrétien un radotage absurde et suranné ; si peu que demeure en lui cette croyance indispensable à la civilisation des sociétés humaines : que l’Église ne peut ni mentir ni se tromper ; songeons que l’Antéchrist n’est pas plus que le Messie une fable, un mythe, un symbole ; rappelons- nous que son règne, terrible et fécond en révolutions inouïes, en prodiges de toutes sortes, est une réalité future, ce qui équivaut à dire un fait nécessairement en voie de formation, en train de nous arriver par les routes que, jour à jour, les événements lui construisent. Mais gardons-nous, en même temps, d’oublier que ce personnage est un dominateur tellement semblable à celui que les Juifs attendent, qu’il sera difficile, impossible à ces aveugles de ne s’y point tromper ; car il porte en lui la réunion, la synthèse parfaite de toutes les aspirations anticatholiques que dix-huit siècles de judaïsme attribuent au libérateur futur de Juda. » [3]
Tout ceci est, hélas ! prodigieusement prophétique !
De ce fait, il convient d’en être conscient, la reconstruction nationale d’Israël, obtenue par des moyens ténébreux, prépare, œuvre et travaille à l’arrivée prochaine, au cas où elle n’aurait pas déjà eu lieu, du Messie vengeur attendu par les Juifs, c’est-à-dire de celui qui doit en devenir le chef : l’Antéchrist !

———————–
Notes
1. H.-R. Gougenot des Mousseaux, Le Juif, le Judaïsme et la Judaïsation des peuples chrétiens, Plon, 1869, p. 471.
2. Ibid., p. 476.
3. Ibid., p. 485.
———————–
© La Question
Mis en ligne le 8 janvier 2010, par Menahem Macina, sur le site debriefing.org

About Maheqra

Ancien universitaire et chercheur. Licence d'Histoire de la Pensée Juive de l'Université Hébraïque de Jérusalem. Spécialisé dans l'étude du Judaïsme et du christianisme dans leurs différences et dissensions, ainsi que dans leur dialogue contemporain.
This entry was posted in Antisémitisme. Bookmark the permalink.

Comments are closed.